Les protestations contre les pénuries d’eau deviennent mortelles dans le sud-ouest de l’Iran



Publié le: Modifié:

Des manifestants en colère contre les pénuries d’eau sont descendus dans les rues du sud-ouest de l’Iran pour une sixième nuit consécutive mardi, avec une violence croissante, tandis que les habitants de Téhéran ont scandé des slogans anti-gouvernementaux, selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux mercredi et les médias iraniens.

Des vidéos mises en ligne par des utilisateurs de réseaux sociaux montraient des forces de sécurité utilisant des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. L’agence de presse semi-officielle News i a déclaré que des “émeutiers” ont abattu un policier et en ont blessé un autre dans la ville portuaire de Mahshahr, dans la province riche en pétrole du Khuzestan.

Dans la ville d’Izeh, des manifestants ont scandé “Reza Shah, bénissez votre âme” dans une vidéo, faisant référence au fondateur de la dynastie Pahlavi qui a été renversée par le 1979 Révolution islamique.

Des militants ont appelé à des manifestations pour soutenir les manifestants du Khuzestan et des vidéos ont fait surface mardi soir et mercredi matin montrant des femmes scandant “A bas la République islamique” dans une station de métro de Téhéran.

Reuters n’a pas pu authentifier indépendamment les vidéos.

Au moins deux jeunes hommes ont été abattus lors des manifestations. Les responsables ont blâmé les manifestants armés, mais des militants ont déclaré sur les réseaux sociaux qu’ils avaient été tués par les forces de sécurité.

L’IranLa minorité ethnique arabe de , qui vit pour la plupart au Khouzistan, dit depuis longtemps qu’elle est victime de discrimination. Une manifestante arabe a pu être entendue crier sur les forces de sécurité dans une vidéo : « Monsieur ! Monsieur ! La manifestation est pacifique. Pourquoi tirez-vous ? Personne n’a pris votre terre et votre eau.

La pire sécheresse en Iran depuis 50 ans a déclenché des pannes d’électricité.

L’économie iranienne a été minée par les sanctions imposées par l’ancien président américain Donald Trump, et le Covid-19 pandémie. Les travailleurs, dont des milliers dans le secteur clé de l’énergie, et les retraités protestent depuis des mois face au mécontentement suscité par la mauvaise gestion, le chômage et l’inflation.

À Washington, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que les États-Unis suivaient de près les manifestations, y compris des informations selon lesquelles les forces de sécurité avaient tiré sur les manifestants.

“Nous soutenons les droits des Iraniens à se réunir pacifiquement et à s’exprimer. Les Iraniens (…) devraient jouir de ces droits sans crainte de violence, sans crainte de détention arbitraire par les forces de sécurité”, a-t-il déclaré aux journalistes.

Au moins 31 manifestations ont eu lieu à travers l’Iran lundi et mardi, y compris des rassemblements de travailleurs et d’agriculteurs, selon l’agence de presse dissidente Human Rights Activists.

(REUTERS)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *